Discussion:
Allouis : tests de puissance sur 162 kHz
(trop ancien pour répondre)
Thierry VIGNAUD
2019-09-05 19:26:01 UTC
Permalink
Comme l'ANFR l'avait annoncé au printemps, elle confirme ce jour via sa Lettre
d'information qu'un test de réduction de puissance (de 1100 à 800 kW) a été
effectué du 2 au 4 juillet 2019 :
----------------------
"Optimisation des paramètres de diffusion du signal horaire d'Allouis : des
résultats encourageants après les tests menés

Beaucoup d’opérateurs privés et publics ont recours au signal horaire de
référence diffusé sur la fréquence 162 kHz depuis la station d’Allouis dans le
Cher pour synchroniser des horloges ou différents systèmes. Elles peuvent
administrer des systèmes de commande ou, pour les collectivités locales,
assurer la gestion de l’éclairage public, de panneaux d’information,
d’horodateurs...

L'Agence a réalisé du 2 au 4 juillet 2019 des tests visant à optimiser la
puissance de diffusion du signal, actuellement fixée à 1 100 kW. Pendant la
durée du test, la puissance du signal a été baissée à 800 kW. Ce test n’a pas
révélé de problème de réception majeur. Ces résultats sont considérés comme
encourageants par l’ANFR et par les utilisateurs ; une réflexion est
actuellement en cours pour optimiser les paramètres de diffusion du signal
horaire de manière pérenne."
------------------------
--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
bilou
2019-09-07 02:00:40 UTC
Permalink
Post by Thierry VIGNAUD
Comme l'ANFR l'avait annoncé au printemps, elle confirme ce jour via sa Lettre
d'information qu'un test de réduction de puissance (de 1100 à 800 kW) a été
----------------------
"Optimisation des paramètres de diffusion du signal horaire d'Allouis : des
résultats encourageants après les tests menés
Beaucoup d’opérateurs privés et publics ont recours au signal horaire de
référence diffusé sur la fréquence 162 kHz depuis la station d’Allouis dans le
Cher pour synchroniser des horloges ou différents systèmes. Elles peuvent
administrer des systèmes de commande ou, pour les collectivités locales,
assurer la gestion de l’éclairage public, de panneaux d’information,
d’horodateurs...
L'Agence a réalisé du 2 au 4 juillet 2019 des tests visant à optimiser la
puissance de diffusion du signal, actuellement fixée à 1 100 kW. Pendant la
durée du test, la puissance du signal a été baissée à 800 kW. Ce test n’a pas
révélé de problème de réception majeur. Ces résultats sont considérés comme
encourageants par l’ANFR et par les utilisateurs ; une réflexion est
actuellement en cours pour optimiser les paramètres de diffusion du signal
horaire de manière pérenne."
------------------------
Franchement un service qui ne serait pas capable de s'accommoder d'une
baisse de puissance de moins de 3 dB c'est honteux et il ne va pas le
crier sur les toits.
Ceci dit la bande LW n'est absolument pas destinée a diffuser des
signaux horaires mais a la radiodiffusion.
Sur ce point CSA et tuti quanti sont en infraction flagrante.
"optimiser les paramètres de diffusion du signal
Post by Thierry VIGNAUD
horaire de manière pérenne." c'est clairement une infraction.
F1TAY
2019-09-07 04:32:22 UTC
Permalink
«Ceci dit la bande LW n'est absolument pas destinée a diffuser des
signaux horaires mais a la radiodiffusion.
Sur ce point CSA et tuti quanti sont en infraction flagrante.»
C'est parfaitement conforme avec l'article 4-4 du Réglement des
Radiocommunications édicté par l'Union Internationalle des
Télécommunications et avec l'article 3-3-1 du chapitre 1 du Tableau
national de répartition des bandes de fréquences (ANFR).
Post by Thierry VIGNAUD
Comme l'ANFR l'avait annoncé au printemps, elle confirme ce jour via sa Lettre
d'information qu'un test de réduction de puissance (de 1100 à 800 kW) a été
----------------------
"Optimisation des paramètres de diffusion du signal horaire d'Allouis : des
résultats encourageants après les tests menés
Beaucoup d’opérateurs privés et publics ont recours au signal horaire de
référence diffusé sur la fréquence 162 kHz depuis la station d’Allouis dans le
Cher pour synchroniser des horloges ou différents systèmes. Elles peuvent
administrer des systèmes de commande ou, pour les collectivités locales,
assurer la gestion de l’éclairage public, de panneaux d’information,
d’horodateurs...
L'Agence a réalisé du 2 au 4 juillet 2019 des tests visant à optimiser la
puissance de diffusion du signal, actuellement fixée à 1 100 kW. Pendant la
durée du test, la puissance du signal a été baissée à 800 kW. Ce test n’a pas
révélé de problème de réception majeur. Ces résultats sont considérés comme
encourageants par l’ANFR et par les utilisateurs ; une réflexion est
actuellement en cours pour optimiser les paramètres de diffusion du signal
horaire de manière pérenne."
------------------------
Franchement un service qui ne serait pas capable de s'accommoder d'une baisse
de puissance de moins de 3 dB c'est honteux et il ne va pas le
crier sur les toits.
Ceci dit la bande LW n'est absolument pas destinée a diffuser des signaux
horaires mais a la radiodiffusion.
Sur ce point CSA et tuti quanti sont en infraction flagrante.
"optimiser les paramètres de diffusion du signal
Post by Thierry VIGNAUD
horaire de manière pérenne." c'est clairement une infraction.
bilou
2019-09-07 14:24:43 UTC
Permalink
Post by F1TAY
C'est parfaitement conforme avec l'article 4-4 du Réglement des
Radiocommunications édicté par l'Union Internationalle des
Télécommunications et avec l'article 3-3-1 du chapitre 1 du Tableau
national de répartition des bandes de fréquences (ANFR).
Ah bon ben si bloquer 9 KHz pour diffuser des signaux horaires c'est
légal faut vraiment que je change de planète.
C'est du grand n'importe quoi.
Y a quoi comme autre pays "écoresponsable" qui pratique une telle gabegie ?
Thierry VIGNAUD
2019-09-07 18:00:31 UTC
Permalink
Post by bilou
Post by F1TAY
C'est parfaitement conforme avec l'article 4-4 du Réglement des
Radiocommunications édicté par l'Union Internationalle des
Télécommunications et avec l'article 3-3-1 du chapitre 1 du Tableau
national de répartition des bandes de fréquences (ANFR).
Ah bon ben si bloquer 9 KHz pour diffuser des signaux horaires c'est
légal faut vraiment que je change de planète.
C'est du grand n'importe quoi.
Y a quoi comme autre pays "écoresponsable" qui pratique une telle gabegie ?
Rien n'est bloqué. Qu'est-ce qui est "bloqué" et dans ce cas "débloquer"
pourquoi faire ?

Il ne me semble pas que "ça se bouscule au portillon" pour qu'une radio soit
intéressée à diffuser en grandes ondes et notamment sur 162 kHz. Tu connais
des candidats ?

Ne serait-on pas plus tôt dans le cas inverse, l'abandon des grandes ondes
pour la radiodiffusion ? L'Allemagne l'a fait et nombre d'autres stations
françaises et étrangères diminuent leur puissance depuis quelques années et je
pense qu'il y en a plus d'une qui rêve secrêtement aux économies qu'elles
feront quand elles couperont ces émetteurs.

Le CSA n'a-t-il pas lancé une consultation publique sur le sujet qui s'est
conclue par le fait qu'aucun projet de radio viable sur 162 kHz à Allouis ne
permettait d'envisager d'y recourir pour une nouvelle radio. Donc l'émetteur
d'Allouis ne bloque rien et continue à occuper sa fréquence depuis plus de 80
ans.

D'ailleurs tant que l'émetteur tourne grâce aux signaux horaires, le retour
d'une station de radio candidate serait toujours techniquement possible pour
remplacer le "blanc" actuel.
--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
bilou
2019-09-08 05:20:58 UTC
Permalink
Post by Thierry VIGNAUD
Le CSA n'a-t-il pas lancé une consultation publique sur le sujet qui s'est
conclue par le fait qu'aucun projet de radio viable sur 162 kHz à Allouis ne
permettait d'envisager d'y recourir pour une nouvelle radio. Donc l'émetteur
d'Allouis ne bloque rien et continue à occuper sa fréquence depuis plus de 80
ans.
Parlons en :
Consultation lancée "en catastrophe"
délai de soumission ridicule.
Lieu d'émission et diffuseur imposés.
Puissance aussi.
Maintenant le moindre radio amateur est tenu de s'identifier toutes les
10 minutes et la on utilise un canal de radio diffusion H24 sans la
moindre identification et c'est légal ?
A la rigueur a titre transitoire mais non on veut:
"rendre la diffusion perenne"
On marche sur la tête.
Et après on se permet de donner des conseils écologiques aux pays émergents.
Nicolas Croiset
2019-09-08 07:35:43 UTC
Permalink
La consultation a recu des réponses de la part de 4 acteurs radios, donc
cela prouve bien que le temps de réponse était suffisant si on
souhaitais utiliser cette fréquence.

Site imposé : oui mais c'est lié à la coordination en fréquences et
reconstruire un centre tout neuf ailleurs aurait un coût prohibitif.

Manifestation d'intérêt :
https://www.csa.fr/Arbitrer/Espace-juridique/Les-textes-reglementaires-du-CSA/Les-decisions-du-CSA/Frequence-radio-162-kHz-appel-a-manifestation-d-interet

Synthèse :
https://www.csa.fr/Arbitrer/Espace-juridique/Les-textes-reglementaires-du-CSA/Les-decisions-du-CSA/Synthese-de-l-appel-a-manifestation-d-interet-pour-la-diffusion-d-un-service-de-radio-sur-la-frequence-162-kHz
Post by bilou
Post by Thierry VIGNAUD
Le CSA n'a-t-il pas lancé une consultation publique sur le sujet qui s'est
conclue par le fait qu'aucun projet de radio viable sur 162 kHz à Allouis ne
permettait d'envisager d'y recourir pour une nouvelle radio. Donc l'émetteur
d'Allouis ne bloque rien et continue à occuper sa fréquence depuis plus de 80
ans.
Consultation lancée "en catastrophe"
délai de soumission ridicule.
Lieu d'émission et diffuseur imposés.
Puissance aussi.
Maintenant le moindre radio amateur est tenu de s'identifier toutes les
10 minutes et la on utilise un canal de radio diffusion H24 sans la
moindre identification et c'est légal ?
"rendre la diffusion perenne"
On marche sur la tête.
Et après on se permet de donner des conseils écologiques aux pays émergents.
--
+------------------------------------------------------------+
| E-mail : ***@brume.org |
| Annuaire des radios AM/FM/RNT : http://www.annuradio.fr/ |
+------------------------------------------------------------+
Kosmiko2000
2019-09-08 10:23:48 UTC
Permalink
Post by Nicolas Croiset
La consultation a recu des réponses de la part de 4 acteurs radios, donc
cela prouve bien que le temps de réponse était suffisant si on
souhaitais utiliser cette fréquence.
Site imposé : oui mais c'est lié à la coordination en fréquences et
reconstruire un centre tout neuf ailleurs aurait un coût prohibitif.
https://www.csa.fr/Arbitrer/Espace-juridique/Les-textes-reglementaires-du-CSA/Les-decisions-du-CSA/Frequence-radio-162-kHz-appel-a-manifestation-d-interet
https://www.csa.fr/Arbitrer/Espace-juridique/Les-textes-reglementaires-du-CSA/Les-decisions-du-CSA/Synthese-de-l-appel-a-manifestation-d-interet-pour-la-diffusion-d-un-service-de-radio-sur-la-frequence-162-kHz
Post by bilou
Post by Thierry VIGNAUD
Le CSA n'a-t-il pas lancé une consultation publique sur le sujet qui s'est
conclue par le fait qu'aucun projet de radio viable sur 162 kHz à Allouis ne
permettait d'envisager d'y recourir pour une nouvelle radio. Donc l'émetteur
d'Allouis ne bloque rien et continue à occuper sa fréquence depuis plus de 80
ans.
Consultation lancée "en catastrophe"
délai de soumission ridicule.
Lieu d'émission et diffuseur imposés.
Puissance aussi.
Maintenant le moindre radio amateur est tenu de s'identifier toutes
les 10 minutes et la on utilise un canal de radio diffusion H24 sans
la moindre identification et c'est légal ?
"rendre la diffusion perenne"
On marche sur la tête.
Et après on se permet de donner des conseils écologiques aux pays émergents.
Je cite : "Or la diffusion d’un signal de radio sur la fréquence 162 kHz
nécessite de disposer de moyens financiers importants."

Là où il y a une réelle gabegie (je partage donc l'avis de N.Croiset),
c'est qu'on dépense une quantité d'énergie non négligeable avec un coût
global opaque pour diffuser uniquement un signal pour la synchronisation
des horloges. Et là on ne parle pas de moyens financiers importants.


Je n'ai pas trouvé d'étude publique chiffrée sur le coût REEL de la
maintenance du site d'Allouis associé au coût de la diffusion du signal
pour les horloges et au coût de la diffusion radio. Je n'ai que les
quelques lignes du CSA de synthèse qui ne vont pas bien loin.

J'ai peut être mal cherché. On a évoqué ce sujet dans ce NG l'an dernier
je crois.

Je suis très étonné que TDF ne puisse pas proposer une offre tarifaire
qui intéresse RMC ou BFM même avec une diffusion "low cost" avec moins
d'énergie sur le 162 KHz en GO.

Par curiosité, j'aimerais bien pouvoir comparer les coûts de RMC pour
l’émetteur de La Roumoule vs les coûts réels supposés pour une diffusion
avec l'émetteur d'Allouis (les deux sont gérés par TDF).


Si véritable appel à projet il devait y avoir, une concertation
nationale avec TDF devrait avoir sur le sujet : quel coût global pour
maintenir Allouis, quelles propositions tarifaires justes pour émettre
une radio avec des puissances modulées...

En réalité on a un système d'équilibres économico financiers qui font que :
- la seule dépense "nationale" repose sur le coût payé pour le maintien
du signal des horloges (et donc : réduction du coût payé par Radio
France qui n'utilise plus le 162 KHz)
- la maintenance et le service d'Allouis sont payés par une société
privée TDF qui ne doit pas investir grand chose sur ce site et qui ne
représentent qu'une infime partie des dépenses du groupe (donc
négligeable). L'avenir n'appartient pas à Allouis et on laisse mourir
cet émetteur.

Il faut :
- soit une volonté politique de préserver les Grandes Ondes pour une
fréquence nationale mais l'heure est plutôt en France au DAB et Radio
France a clairement émis le choix d'abandonner les GO et les OM.
- soit un choix économique de TDF d'essayer de rentabiliser un peu le
site d'Allouis en proposant à des tarifs acceptables le 162 KHz


Visiblement, la "demande" du public ne porte pas sur un retour d'une
radio sur les GO même si cela serait bien pratique pour une radio de
flux non musicale.

Bref, la gabegie écologique et économique risque de continuer...
Nicolas Croiset
2019-09-08 13:55:02 UTC
Permalink
Post by Kosmiko2000
Je cite : "Or la diffusion d’un signal de radio sur la fréquence 162 kHz
nécessite de disposer de moyens financiers importants."
Là où il y a une réelle gabegie (je partage donc l'avis de N.Croiset),
c'est qu'on dépense une quantité d'énergie non négligeable avec un coût
global opaque pour diffuser uniquement un signal pour la synchronisation
des horloges. Et là on ne parle pas de moyens financiers importants.
Je n'ai pas trouvé d'étude publique chiffrée sur le coût REEL de la
maintenance du site d'Allouis associé au coût de la diffusion du signal
pour les horloges et au coût de la diffusion radio. Je n'ai que les
quelques lignes du CSA de synthèse qui ne vont pas bien loin.
J'ai peut être mal cherché. On a évoqué ce sujet dans ce NG l'an dernier
je crois.
Je suis très étonné que TDF ne puisse pas proposer une offre tarifaire
qui intéresse RMC ou BFM même avec une diffusion "low cost" avec moins
d'énergie sur le 162 KHz en GO.
Par curiosité, j'aimerais bien pouvoir comparer les coûts de RMC pour
l’émetteur de La Roumoule vs les coûts réels supposés pour une diffusion
avec l'émetteur d'Allouis (les deux sont gérés par TDF).
Si véritable appel à projet il devait y avoir, une concertation
nationale avec TDF devrait avoir sur le sujet : quel coût global pour
maintenir Allouis, quelles propositions tarifaires justes pour émettre
une radio avec des puissances modulées...
- la seule dépense "nationale" repose sur le coût payé pour le maintien
du signal des horloges (et donc : réduction du coût payé par Radio
France qui n'utilise plus le 162 KHz)
- la maintenance et le service d'Allouis sont payés par une société
privée TDF qui ne doit pas investir grand chose sur ce site et qui ne
représentent qu'une infime partie des dépenses du groupe (donc
négligeable). L'avenir n'appartient pas à Allouis et on laisse mourir
cet émetteur.
- soit une volonté politique de préserver les Grandes Ondes pour une
fréquence nationale mais l'heure est plutôt en France au DAB et Radio
France a clairement émis le choix d'abandonner les GO et les OM.
- soit un choix économique de TDF d'essayer de rentabiliser un peu le
site d'Allouis en proposant à des tarifs acceptables le 162 KHz
Visiblement, la "demande" du public ne porte pas sur un retour d'une
radio sur les GO même si cela serait bien pratique pour une radio de
flux non musicale.
Bref, la gabegie écologique et économique risque de continuer...
La diffusion du signal horaire nécessite moins de puissance, par rapport
à la puissance originalement demandée par France Inter pour sa diffusion
en GO. Par contre une puissance minimale est nécessaire sinon la
réception du signal horaire n'est pas correct.

La maintenance hebdomadaire n'a plus lieu la nuit mais en journée, ce
qui diminue le coût de diffusion également.

Oui la radio et l'ANFR doivent se partager le cout de diffusion et c'est
ce qui aurait dû être fait depuis des années quand c'était France Inter,
mais ce n'est pas ce qui a été fait et France Inter a payé pour ce
service annexe durant des années.

Si on lit ce rapport on connait le cout exact de la diffusion Grandes
ondes :
http://www.senat.fr/rap/a17-109-3/a17-109-316.html soit 5.25M € /an
--
+------------------------------------------------------------+
| E-mail : ***@brume.org |
| Annuaire des radios AM/FM/RNT : http://www.annuradio.fr/ |
+------------------------------------------------------------+
Kosmiko2000
2019-09-08 14:31:27 UTC
Permalink
Post by Nicolas Croiset
Post by Kosmiko2000
Je cite : "Or la diffusion d’un signal de radio sur la fréquence 162
kHz nécessite de disposer de moyens financiers importants."
Là où il y a une réelle gabegie (je partage donc l'avis de N.Croiset),
c'est qu'on dépense une quantité d'énergie non négligeable avec un
coût global opaque pour diffuser uniquement un signal pour la
synchronisation des horloges. Et là on ne parle pas de moyens
financiers importants.
Je n'ai pas trouvé d'étude publique chiffrée sur le coût REEL de la
maintenance du site d'Allouis associé au coût de la diffusion du
signal pour les horloges et au coût de la diffusion radio. Je n'ai que
les quelques lignes du CSA de synthèse qui ne vont pas bien loin.
J'ai peut être mal cherché. On a évoqué ce sujet dans ce NG l'an
dernier je crois.
Je suis très étonné que TDF ne puisse pas proposer une offre tarifaire
qui intéresse RMC ou BFM même avec une diffusion "low cost" avec moins
d'énergie sur le 162 KHz en GO.
Par curiosité, j'aimerais bien pouvoir comparer les coûts de RMC pour
l’émetteur de La Roumoule vs les coûts réels supposés pour une
diffusion avec l'émetteur d'Allouis (les deux sont gérés par TDF).
Si véritable appel à projet il devait y avoir, une concertation
nationale avec TDF devrait avoir sur le sujet : quel coût global pour
maintenir Allouis, quelles propositions tarifaires justes pour émettre
une radio avec des puissances modulées...
- la seule dépense "nationale" repose sur le coût payé pour le
maintien du signal des horloges (et donc : réduction du coût payé par
Radio France qui n'utilise plus le 162 KHz)
- la maintenance et le service d'Allouis sont payés par une société
privée TDF qui ne doit pas investir grand chose sur ce site et qui ne
représentent qu'une infime partie des dépenses du groupe (donc
négligeable). L'avenir n'appartient pas à Allouis et on laisse mourir
cet émetteur.
- soit une volonté politique de préserver les Grandes Ondes pour une
fréquence nationale mais l'heure est plutôt en France au DAB et Radio
France a clairement émis le choix d'abandonner les GO et les OM.
- soit un choix économique de TDF d'essayer de rentabiliser un peu le
site d'Allouis en proposant à des tarifs acceptables le 162 KHz
Visiblement, la "demande" du public ne porte pas sur un retour d'une
radio sur les GO même si cela serait bien pratique pour une radio de
flux non musicale.
Bref, la gabegie écologique et économique risque de continuer...
La diffusion du signal horaire nécessite moins de puissance, par rapport
à la puissance originalement demandée par France Inter pour sa diffusion
en GO. Par contre une puissance minimale est nécessaire sinon la
réception du signal horaire n'est pas correct.
La maintenance hebdomadaire n'a plus lieu la nuit mais en journée, ce
qui diminue le coût de diffusion également.
Oui la radio et l'ANFR doivent se partager le cout de diffusion et c'est
ce qui aurait dû être fait depuis des années quand c'était France Inter,
mais ce n'est pas ce qui a été fait et France Inter a payé pour ce
service annexe durant des années.
Si on lit ce rapport on connait le cout exact de la diffusion Grandes
http://www.senat.fr/rap/a17-109-3/a17-109-316.html soit 5.25M € /an
Merci.
Est-ce que le coût demandé à Europe 1, RTL et RMC est connu (avec les
puissances d'émission) ?
L'idée est de comparer...
F1TAY
2019-09-08 20:12:29 UTC
Permalink
N'étant pas économiste que signifie dans ce rapport AE et CP ? D'après
Google AE c'est "autorisation d'engagement" et CP "crédit de payement",
deux notions dont j'ignore totalement la signification.

Daniel
Post by Nicolas Croiset
http://www.senat.fr/rap/a17-109-3/a17-109-316.html soit 5.25M € /an
Thierry VIGNAUD
2019-09-08 21:11:27 UTC
Permalink
On Sun, 08 Sep 2019 22:12:29 +0200, F1TAY
Post by F1TAY
N'étant pas économiste que signifie dans ce rapport AE et CP ? D'après
Google AE c'est "autorisation d'engagement" et CP "crédit de payement",
deux notions dont j'ignore totalement la signification.
Daniel
l'AE c'est une autorisation de dépense programmée, en principe sur une ou
plusieurs années mais qui peut être éventuellement réduite par la suite (c'est
plus courant qu'augmenté). C'est de la prévision.

Les CP l'argent réel qui pourra être dépensé et donc la réalité des achats,
des services, des travaux, etc... Et comme dit ci-dessus, le plus souvent
réduits par rapport aux prévisions.

C'est une notion qui s'applique aux dépenses des établissements publics.
--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
bilou
2019-09-09 09:02:59 UTC
Permalink
Post by Nicolas Croiset
La diffusion du signal horaire nécessite moins de puissance, par rapport
à la puissance originalement demandée par France Inter pour sa diffusion
en GO. Par contre une puissance minimale est nécessaire sinon la
réception du signal horaire n'est pas correct.
La maintenance hebdomadaire n'a plus lieu la nuit mais en journée, ce
qui diminue le coût de diffusion également.
Oui la radio et l'ANFR doivent se partager le cout de diffusion et c'est
ce qui aurait dû être fait depuis des années quand c'était France Inter,
mais ce n'est pas ce qui a été fait et France Inter a payé pour ce
service annexe durant des années.
Un test (en période de vacances) qui passe de 1100 a 800 KW et qui ne
dure que 2 jours suffit a constater que la totalité des usagers n'est
pas affecté.
Bravo on est vraiment très fort en France.
L’arrêt de diffusion de France Inter était connut depuis 1 an.
L'appel d'offre quand on s'aperçoit ,au dernier moment, que l'on est
obligé de maintenir l’émetteur en service dure un mois a tout casser.
Autant dire que sans cela TDF mettait au rencart un émetteur,un site,
et le personnel d’entretien qu'on lui a vendu il n'y a pas si longtemps.
Le coût de l'exploitation on se le repasse ,comme une patate chaude,
de Radio France a la DGAC puis a L'ANFR.
Mais c'est toujours nos impôts qui le payent.
Maintenant des signaux horaires si le cahier des charges des
utilisations était un minimum cohérent il suffirait de les diffuser
1/2 H par jour (la nuit quand il y a moins de parasites et au tarif
heures creuses) au lieu de chipoter sur la puissance.
François Guillet
2019-09-09 12:55:07 UTC
Permalink
Post by bilou
La diffusion du signal horaire nécessite moins de puissance, par rapport à
la puissance originalement demandée par France Inter pour sa diffusion en
GO. Par contre une puissance minimale est nécessaire sinon la réception du
signal horaire n'est pas correct.
La maintenance hebdomadaire n'a plus lieu la nuit mais en journée, ce qui
diminue le coût de diffusion également.
Oui la radio et l'ANFR doivent se partager le cout de diffusion et c'est ce
qui aurait dû être fait depuis des années quand c'était France Inter, mais
ce n'est pas ce qui a été fait et France Inter a payé pour ce service
annexe durant des années.
Un test (en période de vacances) qui passe de 1100 a 800 KW et qui ne
dure que 2 jours suffit a constater que la totalité des usagers n'est
pas affecté.
Bravo on est vraiment très fort en France.
L’arrêt de diffusion de France Inter était connut depuis 1 an.
L'appel d'offre quand on s'aperçoit ,au dernier moment, que l'on est
obligé de maintenir l’émetteur en service dure un mois a tout casser.
Autant dire que sans cela TDF mettait au rencart un émetteur,un site,
et le personnel d’entretien qu'on lui a vendu il n'y a pas si longtemps.
Le coût de l'exploitation on se le repasse ,comme une patate chaude,
de Radio France a la DGAC puis a L'ANFR.
Mais c'est toujours nos impôts qui le payent.
Maintenant des signaux horaires si le cahier des charges des
utilisations était un minimum cohérent il suffirait de les diffuser
1/2 H par jour (la nuit quand il y a moins de parasites et au tarif
heures creuses) au lieu de chipoter sur la puissance.
+1
Nicolas Croiset
2019-09-09 18:54:50 UTC
Permalink
Post by bilou
Un test (en période de vacances) qui passe de 1100 a 800 KW et qui ne
dure que 2 jours suffit a constater que la totalité des usagers n'est
pas affecté.
Les utilisateurs ont été avertis préalablement via la liste de
diffusion. C'est suffisant pour faire un test. Sachant que ce test a
déjà été pratiqué précédemment.
Post by bilou
Bravo on est vraiment très fort en France.
L’arrêt de diffusion de France Inter était connut depuis 1 an.
L'appel d'offre quand on s'aperçoit ,au dernier moment, que l'on est
obligé de maintenir l’émetteur en service dure un mois a tout casser.
Autant dire que sans cela TDF mettait au rencart un émetteur,un site,
et le personnel d’entretien qu'on lui a vendu il n'y a pas si longtemps.
Le coût de l'exploitation on se le repasse ,comme une patate chaude,
de Radio France a la DGAC puis a L'ANFR.
Il est faux de dire que l'Etat s'en est aperçu à la dernière minute, il
y a eu une question du sénat à ce sujet le 25/08/2015.
http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-87388QE.htm
Pour mémoire l'arrêt a eu lieu le 31/12/2016.
Post by bilou
Mais c'est toujours nos impôts qui le payent.
Maintenant des signaux horaires si le cahier des charges des
utilisations était un minimum cohérent il suffirait de les diffuser
1/2 H par jour (la nuit quand il y a moins de parasites et au tarif
heures creuses) au lieu de chipoter sur la puissance.
1/2 heure par jour ce la veut dire que si l'on allume une horloge calée
sur le 162kHz potentiellement il faudra attendre 24 heures pour qu'elle
se synchronise sans compter les dérives des systèmes du faite de
l'absence du signal le reste du temps.
--
+------------------------------------------------------------+
| E-mail : ***@brume.org |
| Annuaire des radios AM/FM/RNT : http://www.annuradio.fr/ |
+------------------------------------------------------------+
Nicolas Croiset
2019-09-09 18:57:50 UTC
Permalink
Post by bilou
Un test (en période de vacances) qui passe de 1100 a 800 KW et qui ne
dure que 2 jours suffit a constater que la totalité des usagers n'est
pas affecté.
Les utilisateurs ont été avertis préalablement via la liste de
diffusion. C'est suffisant pour faire un test. Sachant que ce test a
déjà été pratiqué précédemment.
Post by bilou
Bravo on est vraiment très fort en France.
L’arrêt de diffusion de France Inter était connut depuis 1 an.
L'appel d'offre quand on s'aperçoit ,au dernier moment, que l'on est
obligé de maintenir l’émetteur en service dure un mois a tout casser.
Autant dire que sans cela TDF mettait au rencart un émetteur,un site,
et le personnel d’entretien qu'on lui a vendu il n'y a pas si longtemps.
Le coût de l'exploitation on se le repasse ,comme une patate chaude,
de Radio France a la DGAC puis a L'ANFR.
Il est faux de dire que l'Etat s'en est aperçu à la dernière minute, il
y a eu une question du sénat à ce sujet le 25/08/2015.
http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-87388QE.htm
Pour mémoire l'arrêt a eu lieu le 31/12/2016.
Post by bilou
Mais c'est toujours nos impôts qui le payent.
Maintenant des signaux horaires si le cahier des charges des
utilisations était un minimum cohérent il suffirait de les diffuser
1/2 H par jour (la nuit quand il y a moins de parasites et au tarif
heures creuses) au lieu de chipoter sur la puissance.
1/2 heure par jour cela veut dire que si l'on allume une horloge calée
sur le 162kHz potentiellement il faudra attendre 24 heures pour qu'elle
se synchronise sans compter les dérives des systèmes du fait de
l'absence du signal le reste du temps.
--
+------------------------------------------------------------+
| E-mail : ***@brume.org |
| Annuaire des radios AM/FM/RNT : http://www.annuradio.fr/ |
+------------------------------------------------------------+
François Guillet
2019-09-09 12:54:16 UTC
Permalink
Post by Kosmiko2000
Je cite : "Or la diffusion d’un signal de radio sur la fréquence 162 kHz
nécessite de disposer de moyens financiers importants."
Là où il y a une réelle gabegie (je partage donc l'avis de N.Croiset),
c'est qu'on dépense une quantité d'énergie non négligeable avec un coût
global opaque pour diffuser uniquement un signal pour la synchronisation
des horloges. Et là on ne parle pas de moyens financiers importants.
Je n'ai pas trouvé d'étude publique chiffrée sur le coût REEL de la
maintenance du site d'Allouis associé au coût de la diffusion du signal
pour les horloges et au coût de la diffusion radio. Je n'ai que les
quelques lignes du CSA de synthèse qui ne vont pas bien loin.
J'ai peut être mal cherché. On a évoqué ce sujet dans ce NG l'an dernier je
crois.
Je suis très étonné que TDF ne puisse pas proposer une offre tarifaire qui
intéresse RMC ou BFM même avec une diffusion "low cost" avec moins
d'énergie sur le 162 KHz en GO.
Par curiosité, j'aimerais bien pouvoir comparer les coûts de RMC pour
l’émetteur de La Roumoule vs les coûts réels supposés pour une diffusion
avec l'émetteur d'Allouis (les deux sont gérés par TDF).
Si véritable appel à projet il devait y avoir, une concertation nationale
avec TDF devrait avoir sur le sujet : quel coût global pour maintenir
Allouis, quelles propositions tarifaires justes pour émettre une radio avec
des puissances modulées...
- la seule dépense "nationale" repose sur le coût payé pour le maintien du
signal des horloges (et donc : réduction du coût payé par Radio France qui
n'utilise plus le 162 KHz)
- la maintenance et le service d'Allouis sont payés par une société privée
TDF qui ne doit pas investir grand chose sur ce site et qui ne représentent
qu'une infime partie des dépenses du groupe (donc négligeable). L'avenir
n'appartient pas à Allouis et on laisse mourir cet émetteur.
- soit une volonté politique de préserver les Grandes Ondes pour une
fréquence nationale mais l'heure est plutôt en France au DAB et Radio
France a clairement émis le choix d'abandonner les GO et les OM.
- soit un choix économique de TDF d'essayer de rentabiliser un peu le site
d'Allouis en proposant à des tarifs acceptables le 162 KHz
Visiblement, la "demande" du public ne porte pas sur un retour d'une radio
sur les GO même si cela serait bien pratique pour une radio de flux non
musicale.
Bref, la gabegie écologique et économique risque de continuer...
La diffusion du signal horaire nécessite moins de puissance, par rapport à la
puissance originalement demandée par France Inter pour sa diffusion en GO.
Par contre une puissance minimale est nécessaire sinon la réception du signal
horaire n'est pas correct.
La maintenance hebdomadaire n'a plus lieu la nuit mais en journée, ce qui
diminue le coût de diffusion également.
Des nèfles. Dès lors qu'il faut conserver les bâtiments, les émetteurs,
faire la maintenance, le gain d'économie de puissance devient ridicule
et garder le signal de modulation revient à un coup dérisoire par
rapport à l'ensemble.

De plus _tous les émetteurs ondes longues de radiodiffusion ont
manifestement vu leur puissance abaissée_, de sorte que l'argument de
la baisse de puissance parce qu'on émetterait seulement des signaux
horaires devient bidon.
bp
2019-09-11 08:27:16 UTC
Permalink
Post by Kosmiko2000
Post by Nicolas Croiset
La consultation a recu des réponses de la part de 4 acteurs radios, donc
cela prouve bien que le temps de réponse était suffisant si on souhaitais
utiliser cette fréquence.
Site imposé : oui mais c'est lié à la coordination en fréquences et
reconstruire un centre tout neuf ailleurs aurait un coût prohibitif.
https://www.csa.fr/Arbitrer/Espace-juridique/Les-textes-reglementaires-du-CSA/Les-decisions-du-CSA/Frequence-radio-162-kHz-appel-a-manifestation-d-interet
https://www.csa.fr/Arbitrer/Espace-juridique/Les-textes-reglementaires-du-CSA/Les-decisions-du-CSA/Synthese-de-l-appel-a-manifestation-d-interet-pour-la-diffusion-d-un-service-de-radio-sur-la-frequence-162-kHz
Post by bilou
Post by Thierry VIGNAUD
Le CSA n'a-t-il pas lancé une consultation publique sur le sujet qui s'est
conclue par le fait qu'aucun projet de radio viable sur 162 kHz à Allouis ne
permettait d'envisager d'y recourir pour une nouvelle radio. Donc l'émetteur
d'Allouis ne bloque rien et continue à occuper sa fréquence depuis plus de 80
ans.
Consultation lancée "en catastrophe"
délai de soumission ridicule.
Lieu d'émission et diffuseur imposés.
Puissance aussi.
Maintenant le moindre radio amateur est tenu de s'identifier toutes les 10
minutes et la on utilise un canal de radio diffusion H24 sans la moindre
identification et c'est légal ?
"rendre la diffusion perenne"
On marche sur la tête.
Et après on se permet de donner des conseils écologiques aux pays émergents.
Je cite : "Or la diffusion d’un signal de radio sur la fréquence 162 kHz
nécessite de disposer de moyens financiers importants."
Là où il y a une réelle gabegie (je partage donc l'avis de N.Croiset), c'est
qu'on dépense une quantité d'énergie non négligeable avec un coût global
opaque pour diffuser uniquement un signal pour la synchronisation des
horloges. Et là on ne parle pas de moyens financiers importants.
Je n'ai pas trouvé d'étude publique chiffrée sur le coût REEL de la
maintenance du site d'Allouis associé au coût de la diffusion du signal pour
les horloges et au coût de la diffusion radio. Je n'ai que les quelques
lignes du CSA de synthèse qui ne vont pas bien loin.
J'ai peut être mal cherché. On a évoqué ce sujet dans ce NG l'an dernier je
crois.
Je suis très étonné que TDF ne puisse pas proposer une offre tarifaire qui
intéresse RMC ou BFM même avec une diffusion "low cost" avec moins d'énergie
sur le 162 KHz en GO.
Par curiosité, j'aimerais bien pouvoir comparer les coûts de RMC pour
l’émetteur de La Roumoule vs les coûts réels supposés pour une diffusion avec
l'émetteur d'Allouis (les deux sont gérés par TDF).
Si véritable appel à projet il devait y avoir, une concertation nationale
avec TDF devrait avoir sur le sujet : quel coût global pour maintenir
Allouis, quelles propositions tarifaires justes pour émettre une radio avec
des puissances modulées...
- la seule dépense "nationale" repose sur le coût payé pour le maintien du
signal des horloges (et donc : réduction du coût payé par Radio France qui
n'utilise plus le 162 KHz)
- la maintenance et le service d'Allouis sont payés par une société privée
TDF qui ne doit pas investir grand chose sur ce site et qui ne représentent
qu'une infime partie des dépenses du groupe (donc négligeable). L'avenir
n'appartient pas à Allouis et on laisse mourir cet émetteur.
- soit une volonté politique de préserver les Grandes Ondes pour une
fréquence nationale mais l'heure est plutôt en France au DAB et Radio France
a clairement émis le choix d'abandonner les GO et les OM.
- soit un choix économique de TDF d'essayer de rentabiliser un peu le site
d'Allouis en proposant à des tarifs acceptables le 162 KHz
Visiblement, la "demande" du public ne porte pas sur un retour d'une radio
sur les GO même si cela serait bien pratique pour une radio de flux non
musicale.
Bref, la gabegie écologique et économique risque de continuer...
Je lis les post et je me posais une question
en cas de catastrophe majeure il y a quelques années il était
recommandée de se mettre sur France inter pour avoir les informations ,
décisions, etc

à l'époque cela était prévu pour les grandes ondes
Allouis rayonne sur une grande surface, quasi tous les transistors ont
les grandes ondes.

Un seul emetteur pouvait joindre des millions de personnes
Actuellement il n'est pas dit que les emetteurs Fm puissent emettre
dans ce genre de catastrophe ( Allouis aussi! ) le telephone est
tributaire des relais qui sont des cibles militaires ou peuvent ne plus
être alimentés electriquement (tremblement de terre par exemple).

Quant au téléphone on connait déjà les problèmes quand ça fonctionne
"bien" alors.....!

Le téléphone par internet dépend de l'alimentation électrique des
habitations et des centres informatiques qui eux aussi dependent de
l'électricité

Qu'est ce qui remplace mon premier paragraphe :

......."il y a quelques années il était recommandée de se mettre sur
France inter pour avoir les informations , décisions, etc"

merci
Bernard
Thierry VIGNAUD
2019-09-11 17:34:02 UTC
Permalink
Post by bp
Je lis les post et je me posais une question
en cas de catastrophe majeure il y a quelques années il était
recommandée de se mettre sur France inter pour avoir les informations ,
décisions, etc
Ce n'est pas le première fois que cette question est posée dans ce newsgroup
:-)

1°) A quel type de catastrophe penses-tu ?
2°) "Avant" ou "après" la catastrophe ?

Je précise :

- "Avant" c'est prévenir la population d'un danger imminent, mais dans ce cas
tous les moyens de transmissions fonctionnent. C'est le cas où l'on a le plus
besoin d'être informé et la radio est loin d'être le meilleur moyen de toucher
un maximum de population en un minimum de temps. On ne fera pas mieux qu'une
alerte sur téléphone mobile ; Qui dans son existence va rester à l'écoute
d'une radio 24H/24 pour attendre l'annonce d'une hypothétique catastrophe ? La
dernière fois que ça a été le cas en France, c'était quand et pour quel motif
? :-)

- "Après" je renvoie à mon commentaire ci-dessous, si le moyen de diffusion
est unique on fait quoi si la catastrophe l'a rendu HS ? Là c'est quand même
moins urgent, la France n'est pas l'île Saint Martin, un territoir isolé de
tout, ce n'est pas le désert du Sahara, la forêt vierge d'Amazonie, la steppe
de Sibérie... Mais des infos pour informer des "rescapés" on a vu que de
simples diffusion FM pouvaient être mis en place (donc le cas Saint Martin) ou
avec des programmes spéciaux comme après l'explosion de l'usine AZF de
Toulouse il y a 20 ans en lançant le programme M'TOULOUSE sur une fréquence
spécifique mise en service sur 94,8 MHz ainsi que sur l'émetteur OM de Muret
de 945 kHz qui transmettait alors le programme national de FRANCE BLEU.

Nul besoin de mobiliser un émetteur national grande ondes alors que le
"soutien radiophonique" aux populations concernait la 4e ville de France et
ses environs !

Et lors des tempêtes Xynthia qui ont ravagé des villes côtières comme La Faute
sur Mer je n'ai pas entendu dire qu'il y avait un blackout radio qui empêchait
de recevoir la moindre station en Vendée !

Donc pas de catastrophisme, la France métropolitaine (avec son émetteur
d'Allouis) a un territoire suffisamment dense, avec des routes, des moyens de
transport aériens, des secouristes (pompiers, SAMU, Sécurité Civile,
militaires au besoin et j'en passe...) où les risques des tremblements de
terre, de tsunamis et d'éruptions volcaniques ont très peu de chances
d'empêcher l'arrivée des secours après une catastrophe ? Et avant la
catastrophe on voit que la tempête Xinthia n'empêchait pas les moyens
d'information de fonctionner, le seul problème ce n'est pas le "contenant"
mais le "contenu". A l'avance le danger n'était pas connu ou sous-évalué.
Post by bp
à l'époque cela était prévu pour les grandes ondes
Allouis rayonne sur une grande surface, quasi tous les transistors ont
les grandes ondes.
A l'époque..., peut-être :-)
Post by bp
Un seul emetteur pouvait joindre des millions de personnes
Actuellement il n'est pas dit que les emetteurs Fm puissent emettre
dans ce genre de catastrophe ( Allouis aussi! ) le telephone est
tributaire des relais qui sont des cibles militaires ou peuvent ne plus
être alimentés electriquement (tremblement de terre par exemple).
Et oui et s'il y avait un seul émetteur qui tombait en panne ? Un avion qui
s'écrase sur les pylône du seul émetteur ? une panne d'alimentation électrique
? Une panne de l'arrivée de la modulation à l'émetteur ?

On fait quoi ? :-)
Post by bp
Quant au téléphone on connait déjà les problèmes quand ça fonctionne
"bien" alors.....!
Le téléphone par internet dépend de l'alimentation électrique des
habitations et des centres informatiques qui eux aussi dependent de
l'électricité
......."il y a quelques années il était recommandée de se mettre sur
France inter pour avoir les informations , décisions, etc"
merci
Bernard
Pour compléter sérieusement : En cas d'urgences depuis des années ce sont des
radios locales et régionales FM qui ont conclu (notamment le réseau de Radio
France, France Bleu) avec l'Etat et le ministère de l'Intérieur, des
conventions pour faire des annonces en cas d'alerte et notamment nuclaires, à
proximité des centrales. Des radios privées, locales, nationales thématiques
ou autres dans les zones sont également impliquées dans ces alertes aux
populations qui en général sont aussi prévenues pars les sirènes du réseau
d'alerte du ministère de l'intérieur. Voir cette plaquette distribuée aux
populations des environs de la centrale de Golfech (voir la section "radio"
entre autres moyens de communication signalés) :
https://www.edf.fr/sites/default/files/contrib/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-golfech/presentation/Plaquette_PPI_Golfech.pdf

L'autre cas connu ce sont des débordements de rivières en zone de montagne
suite à des lâcher de barrages ou des pluies visolentes. Souvent dans ces
zones les habitants sont abonnés à un service de SMS mis en place par les
collectivités territoriales, ou par les sirènes. Ce sont les meilleurs moyens
de prévenir un maximum de monde sur l'instant et certainement pas des annonces
à la radio (que l'on est pas censé écouter 24H/24 !)
--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
bp
2019-09-11 18:39:25 UTC
Permalink
Post by Thierry VIGNAUD
Post by bp
Je lis les post et je me posais une question
en cas de catastrophe majeure il y a quelques années il était
recommandée de se mettre sur France inter pour avoir les informations ,
décisions, etc
Ce n'est pas le première fois que cette question est posée dans ce newsgroup
:-)
1°) A quel type de catastrophe penses-tu ?
2°) "Avant" ou "après" la catastrophe ?
- "Avant" c'est prévenir la population d'un danger imminent, mais dans ce cas
tous les moyens de transmissions fonctionnent. C'est le cas où l'on a le plus
besoin d'être informé et la radio est loin d'être le meilleur moyen de
toucher un maximum de population en un minimum de temps. On ne fera pas mieux
qu'une alerte sur téléphone mobile ; Qui dans son existence va rester à
l'écoute d'une radio 24H/24 pour attendre l'annonce d'une hypothétique
catastrophe ? La dernière fois que ça a été le cas en France, c'était quand
et pour quel motif ? :-)
- "Après" je renvoie à mon commentaire ci-dessous, si le moyen de diffusion
est unique on fait quoi si la catastrophe l'a rendu HS ? Là c'est quand même
moins urgent, la France n'est pas l'île Saint Martin, un territoir isolé de
tout, ce n'est pas le désert du Sahara, la forêt vierge d'Amazonie, la steppe
de Sibérie... Mais des infos pour informer des "rescapés" on a vu que de
simples diffusion FM pouvaient être mis en place (donc le cas Saint Martin)
ou avec des programmes spéciaux comme après l'explosion de l'usine AZF de
Toulouse il y a 20 ans en lançant le programme M'TOULOUSE sur une fréquence
spécifique mise en service sur 94,8 MHz ainsi que sur l'émetteur OM de Muret
de 945 kHz qui transmettait alors le programme national de FRANCE BLEU.
Nul besoin de mobiliser un émetteur national grande ondes alors que le
"soutien radiophonique" aux populations concernait la 4e ville de France et
ses environs !
Et lors des tempêtes Xynthia qui ont ravagé des villes côtières comme La
Faute sur Mer je n'ai pas entendu dire qu'il y avait un blackout radio qui
empêchait de recevoir la moindre station en Vendée !
Donc pas de catastrophisme, la France métropolitaine (avec son émetteur
d'Allouis) a un territoire suffisamment dense, avec des routes, des moyens de
transport aériens, des secouristes (pompiers, SAMU, Sécurité Civile,
militaires au besoin et j'en passe...) où les risques des tremblements de
terre, de tsunamis et d'éruptions volcaniques ont très peu de chances
d'empêcher l'arrivée des secours après une catastrophe ? Et avant la
catastrophe on voit que la tempête Xinthia n'empêchait pas les moyens
d'information de fonctionner, le seul problème ce n'est pas le "contenant"
mais le "contenu". A l'avance le danger n'était pas connu ou sous-évalué.
Post by bp
à l'époque cela était prévu pour les grandes ondes
Allouis rayonne sur une grande surface, quasi tous les transistors ont
les grandes ondes.
A l'époque..., peut-être :-)
Post by bp
Un seul emetteur pouvait joindre des millions de personnes
Actuellement il n'est pas dit que les emetteurs Fm puissent emettre
dans ce genre de catastrophe ( Allouis aussi! ) le telephone est
tributaire des relais qui sont des cibles militaires ou peuvent ne plus
être alimentés electriquement (tremblement de terre par exemple).
Et oui et s'il y avait un seul émetteur qui tombait en panne ? Un avion qui
s'écrase sur les pylône du seul émetteur ? une panne d'alimentation
électrique ? Une panne de l'arrivée de la modulation à l'émetteur ?
On fait quoi ? :-)
Post by bp
Quant au téléphone on connait déjà les problèmes quand ça fonctionne
"bien" alors.....!
Le téléphone par internet dépend de l'alimentation électrique des
habitations et des centres informatiques qui eux aussi dependent de
l'électricité
......."il y a quelques années il était recommandée de se mettre sur
France inter pour avoir les informations , décisions, etc"
merci
Bernard
Pour compléter sérieusement : En cas d'urgences depuis des années ce sont des
radios locales et régionales FM qui ont conclu (notamment le réseau de Radio
France, France Bleu) avec l'Etat et le ministère de l'Intérieur, des
conventions pour faire des annonces en cas d'alerte et notamment nuclaires, à
proximité des centrales. Des radios privées, locales, nationales thématiques
ou autres dans les zones sont également impliquées dans ces alertes aux
populations qui en général sont aussi prévenues pars les sirènes du réseau
d'alerte du ministère de l'intérieur. Voir cette plaquette distribuée aux
populations des environs de la centrale de Golfech (voir la section "radio"
https://www.edf.fr/sites/default/files/contrib/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-golfech/presentation/Plaquette_PPI_Golfech.pdf
L'autre cas connu ce sont des débordements de rivières en zone de montagne
suite à des lâcher de barrages ou des pluies visolentes. Souvent dans ces
zones les habitants sont abonnés à un service de SMS mis en place par les
collectivités territoriales, ou par les sirènes. Ce sont les meilleurs moyens
de prévenir un maximum de monde sur l'instant et certainement pas des
annonces à la radio (que l'on est pas censé écouter 24H/24 !)
Merci pour ce point de vu qui effectivement est logique
Nicolas Croiset
2019-09-11 20:17:44 UTC
Permalink
Post by bp
Post by Kosmiko2000
Visiblement, la "demande" du public ne porte pas sur un retour d'une
radio sur les GO même si cela serait bien pratique pour une radio de
flux non musicale.
Bref, la gabegie écologique et économique risque de continuer...
Je lis les post et je me posais une question
en cas de catastrophe majeure  il y a quelques années il était
recommandée de se mettre sur France inter pour avoir les informations ,
décisions, etc
Aujourd'hui sur les documents officiels, il est demandé de se mettre sur
les fréquences du réseau France Bleu.
--
+------------------------------------------------------------+
| E-mail : ***@brume.org |
| Annuaire des radios AM/FM/RNT : http://www.annuradio.fr/ |
+------------------------------------------------------------+
Thierry VIGNAUD
2019-09-12 17:33:22 UTC
Permalink
On Wed, 11 Sep 2019 22:17:44 +0200, Nicolas Croiset
Post by Nicolas Croiset
Post by bp
Post by Kosmiko2000
Visiblement, la "demande" du public ne porte pas sur un retour d'une
radio sur les GO même si cela serait bien pratique pour une radio de
flux non musicale.
Bref, la gabegie écologique et économique risque de continuer...
Je lis les post et je me posais une question
en cas de catastrophe majeure  il y a quelques années il était
recommandée de se mettre sur France inter pour avoir les informations ,
décisions, etc
Aujourd'hui sur les documents officiels, il est demandé de se mettre sur
les fréquences du réseau France Bleu.
De mémoire la convention entre Radio France et le Ministère de l'Intérieur
doit bien remonter à une dizaine d'années ou plus pour l'usage des alertes sur
le réseau France Bleu et à un temps où on ne parlait pas d'arrêter la
diffusion de France Inter sur Allouis, (j'ai des articles dans mes archives
sur le sujet, mais je n'arrive pas à les retrouver !)

On voit, tout comme le document pdf que j'ai signalé hier concernant l'alerte
aux alentours de la centrale nucléaire de Golfech, que le but n'est pas
d'ameuter l'ensemble de la population française mais bien de cibler une zone
où un événement est susceptible de se produire, donc favorisations des
stations de radios locales/régionales publiques et privées et donc de la
diffusion FM pour le média "radiodiffusion sonore".

Sinon, je suis tombé ce document parlementaire du Sénat de juin 2017,
https://www.senat.fr/rap/r16-595/r16-5953.html
dont j'ai extrait ce copier/coller :
----------------------
Le partenariat du ministère de l'intérieur avec les médias
en matière d'alerte

Le ministère de l'intérieur a signé, en 2006, une convention de partenariat
avec France Télévisions renouvelée en date du 3 septembre 2009, et
actuellement en cours de renégociation. Celle-ci avait été déclinée par des
conventions conclues avec France 2, France 3 et Réseau France Outre-mer (RFO).

La convention nationale de 2004 conclue avec Radio France a quant à elle été
renouvelée le 16 juillet 2015. Elle est accompagnée de messages préformatés
comprenant les consignes de sauvegarde pour treize types de risques
différents. Les modules sonores prescrivant les comportements adaptés ont été
enregistrés et mis à disposition de l'ensemble des stations émettrices de
Radio France.

La pratique a révélé que les réseaux France Bleu et France Info étaient les
mieux armés pour répondre à la diffusion de l'alerte par leur granularité
optimale et la participation des équipes aux exercices. L'efficacité et la
souplesse du dispositif ont permis la mise en oeuvre d'une ligne spécialisée
de transmission des messages via le centre opérationnel de gestion
interministérielle des crises (COGIC). Il a donc été décidé de décliner
localement la convention dans chaque département. Cela permet d'identifier les
acteurs de diffusion de l'alerte dans les territoires et d'entretenir une mise
à jour permanente des contacts entre préfectures et stations de diffusions.

Source : DGSCGC
-----------------------------
--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
François Guillet
2019-09-09 12:46:45 UTC
Permalink
«Ceci dit la bande LW n'est absolument pas destinée a diffuser des signaux
horaires mais a la radiodiffusion.
Sur ce point CSA et tuti quanti sont en infraction flagrante.»
C'est parfaitement conforme avec l'article 4-4 du Réglement des
Radiocommunications édicté par l'Union Internationalle des Télécommunications
et avec l'article 3-3-1 du chapitre 1 du Tableau national de répartition des
bandes de fréquences (ANFR).
Dans le tableau des fréquences (ed. avril 2019), il est indiqué
"radiodiffusion" pour la bande 148.5->255 KHz. Je ne vois aucun article
3-3-1 dans le chapître 1.
F1TAY
2019-09-09 16:09:31 UTC
Permalink
Service de radiocommunication
33.1DéfinitionEst considéré comme service de radiocommunication un
service impliquant la transmission, l'émission ou la réception d'ondes
radioélectriques à des fins spécifiques de télécommunication,
conformément à la définition du RR. Les services attribués dans une
bande de fréquences donnée dans le TNRBF sont en général ceux prévus
dans le RR.Il peut cependant être décidé, dans le respect des
dispositions du RR, notamment celles figurant au numéro 4.4 du RR :-
de ne pas y faire figurer certains services ;
- de changer la catégorie d'un service ;
- d'ajouter un service.Ces dispositions qui dérogent au TNRBF, figurant
à l’article 5 (section IV) du RR, ne s’appliquent qu’au niveau
national.La liste des différents services de radiocommunication et les
sigles associés figurent au chapitre 4 du présent document. Leur
définition est donnée dans l'article 1 du RR
Post by François Guillet
«Ceci dit la bande LW n'est absolument pas destinée a diffuser des signaux
horaires mais a la radiodiffusion.
Sur ce point CSA et tuti quanti sont en infraction flagrante.»
C'est parfaitement conforme avec l'article 4-4 du Réglement des
Radiocommunications édicté par l'Union Internationalle des
Télécommunications et avec l'article 3-3-1 du chapitre 1 du Tableau
national de répartition des bandes de fréquences (ANFR).
Dans le tableau des fréquences (ed. avril 2019), il est indiqué
"radiodiffusion" pour la bande 148.5->255 KHz. Je ne vois aucun article 3-3-1
dans le chapître 1.
bilou
2019-09-09 18:06:36 UTC
Permalink
Post by F1TAY
Service de radiocommunication
33.1DéfinitionEst considéré comme service de radiocommunication un
service impliquant la transmission, l'émission ou la réception d'ondes
radioélectriques à des fins spécifiques de télécommunication,
conformément à la définition du RR. Les services attribués dans une
bande de fréquences donnée dans le TNRBF sont en général ceux prévus
dans le RR.Il peut cependant être décidé, dans le respect des
dispositions du RR, notamment celles figurant au numéro 4.4 du RR :- de
ne pas y faire figurer certains services ;
- de changer la catégorie d'un service ;
- d'ajouter un service.Ces dispositions qui dérogent au TNRBF, figurant
à  l’article 5 (section IV) du  RR,  ne s’appliquent qu’au niveau
national.La liste des différents services de radiocommunication et les
sigles associés figurent au chapitre 4  du présent document. Leur
définition est donnée dans l'article 1  du RR
F
Et pour la diffusion de signaux sans identification il dit quoi le
règlement ?
Dans certains pays ces fréquences servent a la radio navigation.
Chez nous la moindre balise NDB de 10W PAR doit être identifiée.
Va t'il falloir attendre un naufrage de pétrolier pour en avoir
le coeur net.
Un avion serait bien aussi c'est quoi l'harmonique 2 de 162 KHz ?
François Guillet
2019-09-12 07:40:00 UTC
Permalink
Post by F1TAY
Service de radiocommunication
33.1DéfinitionEst considéré comme service de radiocommunication un service
impliquant la transmission, l'émission ou la réception d'ondes
...
Post by F1TAY
- d'ajouter un service.Ces dispositions qui dérogent au TNRBF, figurant à
l’article 5 (section IV) du RR, ne s’appliquent qu’au niveau national.La
liste des différents services de radiocommunication et les sigles associés
figurent au chapitre 4 du présent document. Leur définition est donnée dans
l'article 1 du RR
Ce n'est pas l'article "3.3.1" mais "3.1", raison pour laquelle je ne
le trouvais pas.

La mention "Ces dispositions qui dérogent au TNRBF, figurant à
l’article 5 (section IV) du RR, ne s’appliquent qu’au niveau
national" signifie que les exceptions aux règles doivent être
spécifiées dans le RR, article 5 section IV.

L'as-tu vérifié ? Au RR 2016, le dernier que j'ai trouvé, il n'y a
aucune dérogation pour la France concernant l'émission de signaux
horaires dans la bande radiodiffusion 148,5 - 255.
Loading...